Jeu de dames érotique pour booster sa libido

Le jeu de dames où l’on saute l’adversaire, où l’on est pris ou prise par lui, sont évidemment évocateurs d’une relation sexuelle. Stratégie et ruse sont au service d’une prise en main de l’adversaire.

Comme son nom l’indique, tout jeu de pions et de damiers comporte au moins 2 éléments: des pions, bien sûr, et un plateau ou damier, matérialisant les différentes positions possibles de ces derniers.

Le jeu de dames comporte un nombre considérable de variantes, chaque pays semble avoir précisé ses propres règles. C’est sous l’appellation de JEU DE DAMES A LA POLONAISE que le jeu se répand en France vers 1710 / 1720. On trouve le jeu de dames allemandes, avec son damier de 8 cases sur 8, les dames espagnoles et les canadiennes, avec 12 cases sur 12, les turques aux cases indifférenciées, les chinoises à l’échiquier en étoile et bien d’autres.

 

 

Jeu de dames et jeux de pions…

« Si l’on met à part les jeux de dés, les jeux de pions sont nos plus vieux jeux de réflexion complexes. Les plus anciens exemplaires connus, mis au jour lors des fouilles, remontent aux années 3000-2800 avant notre ère. Il faut attendre l’émergence des premières grandes civilisations pour trouver des témoignages fiables en ce qui concerne les jeux. Bas-reliefs, peintures, poteries décorées nous renseignent de manière plus précise. Jeux de corps, et jeux de réflexions, jeux d’adultes et jeux d’enfants sont enfin au rendez-vous.

On peut dire que ces jeux avaient:

  • Une fonction magique,
  • Une signification religieuse liée au voyage de l’âme dans l’au-delà,
  • Une dimension politique. » (Extrait du Petit Larousse des Jeux, 1999)

 

Les dames cruelles

Matériel nécessaire: un jeu de dames ordinaire

Nombre de joueurs: 2

 

Nous considèrerons que vous savez jouer aux dames ou que l’un des joueurs peut apprendre les règles à son partenaire.

On joue chacun son tour, le but est de sauter un maximum de pions à l’adversaire, le perdant est celui qui n’a plus de pions à l’adversaire ou dont les pions ne peuvent plus bouger. Les pions avancent toujours et ont l’obligation de sauter le ou les pions ennemis. La dame peut avancer ou reculer sur une rangée entière.

 

jeu de dames classique
Jeu de dames classique

 

Présentation et règle du jeu

Tout au long de la partie de dames, la perte de pions sautés par l’adversaire va occasionner des gages. C’est le nombre de pions que vous avez perdus (ou que vous ne pouvez plus jouer) qui détermine le gage.

Les 5 premiers pions noirs et les 5 premiers pions blancs sautés par l’adversaire et donc retirés du damier ne provoquent rien, en revanche la perte pour chaque joueur de ses 15 pions suivants va créer des handicaps divers et qui s’accumulent, ce qui va provoquer une cascade de gages.

A chaque partie correspond une série de gages. Je vous propose ici un jeu en 3 parties.

  • La fiche de pénalités partie N°1 est une mise en route.
  • La seconde fiche pour la partie N°2 déshabille et attache le perdant.
  • La dernière fiche, celle de la partie N°3 est vraiment injuste pour le perdant: « Vae victis ». (Malheur aux vaincus!)

Les handicaps s’appliquent pendant toute la durée du jeu et se cumulent au long des deux premières parties, de même pour les vêtements qui restent enlevés d’une partie sur l’autre.

Durant la troisième partie, le perdant jouera dans une situation inconfortable tandis que le gagnant de la deuxième partie n’aura plus de gages à subir et pourra déconcentrer son adversaire.

 

Première partie (1/3)

 

Les 5 premiers pions sautés: Rien ne se passe

6ème pion: Le perdant embrasse son partenaire sur les deux joues

7ème pion: Le perdant embrasse son partenaire sur le nez

8ème pion: Le perdant caresse les cheveux du gagnant (pendant 1 minute)

9ème pion: Le gagnant donne 5 tapes sur chaque main du perdant qui les lui présente.

10ème pion: Le gagnant embrasse son partenaire sur les lèvres (un long baiser).

11ème pion: Le perdant, à genoux, embrasse les mains du gagnant.

12ème pion: Le perdant reçoit 5 claques sur les fesses.

13ème pion: Le gagnant embrasse son partenaire sur la poitrine que le perdant présente dénudée.

14ème pion: Le perdant présente ses défauts et les commente avec des exemples (pendant 3 minutes)

15ème pion: Le perdant présente les qualités du gagnant avec des exemples (pendant 3 minutes)

16ème pion: Le perdant enlève un vêtement.

17ème pion Le perdant, à genoux, les mains sur la tête se laisse chatouiller en tentant de ne pas bouger.

18ème pion: Le perdant enlève deux vêtements.

19ème pion: Le perdant, à genoux, présente sa joue au gagnant qui peut la caresser, l’embrasser ou la gifler gentiment (pendant 2 minutes).

20ème pion: Le perdant enlève un vêtement et s’agenouille avec les mains sur la tête devant le gagnant pour reconnaître sa défaite (pendant 3 minute).

 

jeu sm avec noeud de bondage

Deuxième partie (2/3)

Les 5 premiers pions sautés: Rien ne se passe

6ème pion: Le perdant doit embrasser le gagnant où et comment ce dernier le demande

7ème pion: Le perdant enlève un vêtement

8ème pion: Le perdant à genoux présente sa joue au gagnant qui peut la caresser, l’embrasser ou la gifler gentiment (1 minute)

9ème pion: A partir de maintenant, le perdant devra demander poliment l’autorisation de jouer au gagnant.

10ème pion: Le perdant enlève un vêtement.

11ème pion: Le perdant à les coudes liés dans le dos.

12ème pion: Le perdant doit répondre très honnêtement à une question posée par le gagnant (jeu de la vérité).

13ème pion: Le perdant enlève un vêtement

14ème pion: Le perdant est bâillonné (fin du gage débuté au 9ème pion)

15ème pion: Le perdant, à genoux, présente sa joue au gagnant qui peut la caresser, l’embrasser ou la gifler gentiment (pendant 2 minutes)

16ème pion: Le perdant enlève un vêtement.

17ème pion Le perdant a les pieds attachés.

18ème pion: Le perdant reçoit une fessée (20 coups)

19ème pion: Le gagnant lie les mains du perdant et peut lui faire ce qu’il veut (pendant 2 minutes)

20ème pion: Le perdant se prosterne devant son vainqueur pour reconnaître sa défaite (pendant 3 minute).

 

A la fin de cette deuxième partie, le perdant est donc nu, les pieds, les mains et les coudes liés, un bâillon sur la bouche. Le gagnant peut se rhabiller et ses gages cessent au démarrage de la partie finale.

noeud de bondage et suspension pour jeu SM et masochischiste

Troisième partie (3/3)

Pour cette troisième partie (Vae Victis), les joueurs sont donc dans une situation très inégale. Le joueur qui a gagné la partie précédente (joueur A) a tous ses moyens alors que l’autre joueur, (joueur B), est nu, les pieds, les mains et les coudes liés, un bâillon sur la bouche. Il devra jouer allongé sur le ventre et pousser ses pions avec le nez. Le joueur A n’a plus de gages pendant cette troisième partie, alors que le joueur B va voir sa situation s’aggraver au fur et à mesure qu’il perdra des pions.

 

Les 5 premiers pions sautés par A : Pas de modification de la situation de B

A partir du 6ème pion: Le bâillon de B est retiré et il fera avancer ses pions avec la langue.

Au 10ème pion: Le lien des poignets est relié au lien des chevilles, rendant la posture plus contraignante.

Puis au 12ème pion: Le joueur A peut chatouiller le joueur B pour déconcentrer ce dernier quand c’est à lui de jouer.

Enfin au 16ème pion: Le joueur A peut caresser le joueur B pour déconcentrer ce dernier quand c’est à lui de jouer.

 

Et rappelez-vous qu’il ne s’agit que d’un jeu, dont la conclusion s’impose: il faudra consoler votre malheureux adversaire par tous les moyens à votre disposition.

Chaque jeu de dames peut devenir érotiques!

Les multiples variantes du jeu de dames permettent l’utilisation du principe de gages proposées ci-dessus. Dans tous ces jeux, vous pourrez convenir que chaque pion sauté ou bloqué correspond à un gage. Comme pour tous les jeux de société, vous pourrez construite vos gages vous-même!

 

 

  1. 27 août 2018 à 13 h 47 min

    Je me demande ce que ces règles donneront si les deux personnes sont de forces à peu près égales ?
    Les deux finissent un peu saucissones sur les fins de partie ?

    • Barney S.
      29 août 2018 à 18 h 26 min

      En effet, si les deux protagonistes sont de force égale, la partie risque d’être très serrée. Mais comme dans tout jeu, il y a forcément un gagnant. Celui-ci à l’avantage pour les autres parties. Au final, il n’y a qu’une seule personne qui est « saucissonnée ». Le but du jeu étant de découvrir les pratiques de domination/soumission. Une autre facette des rapports sexuels…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *