Jeux de régression, un autre visage de la domination

Aujourd’hui nous allons passer une nouvelle étape dans la pratique de la domination. Vous allez vous initier aux jeux de régression. Véritable rite dans les milieux D/S, ces pratiques sexuelles régressives voire humiliantes sont de vrais cérémonials. Vous passez le test , vous faites partie du clan!  😉 Trêve de plaisanteries découvrons quelques pratiques qui vous permettront de tester vos limites D/S.

Des jeux de régression à l’école

Les rôles de maîtresse, de maître d’école et d’élève sont les plus répandus dans les jeux de régression. Modulable à l’infini, ce divertissement régressif replonge les participants dans une ambiance scolaire. Il s’agit de camper des rapports qu’on n’a pas eus étant enfant, de petits rituels susceptibles de combler un manque. Vive les clichés, à commencer par la tenue vestimentaire: la mini-jupe écossaise pour les filles, mais aussi pour les garçons qui ont envie de se déguiser en écolière. Chemise blanche, jupe et cravate écossaises, lulus, chaussettes montantes, cartable, accessoires scolaires et cahiers, sans oublier la pomme. Qu’elle soit occidentale ou asiatique, fille ou garçon, l’élève travaille son look. Quand l’écolière se penche, on aperçoit sa culotte Petit Bateau d’un blanc immaculé.

Les garçons adorent les froufrous et les dentelles. En jupette ou culotte courte, ils varient les attitudes en gardant les yeux baissés, narguant le master ou lançant des œillades sournoises sous le bureau de la maîtresse si le jeu se déroule entre hétéros. Vêtue d’une robe austère, d’une jupe serrée d’où émergent des jambes gainées de voile transparent, cette dernière brandit la règle qui sert à corriger l’effronté. Les mauvais élèves désobéissent au professeur qu’ils provoquent « malgré eux » pour mériter une fessée.

 

–> Dans la pratique

L’enseignant(e) donnera un devoir à son élève. Une dictée, la rédaction d’un petit texte, ou encore un dessin à exécuter à main levée (une caricature de soi-même) sont autant de prétextes à des punitions. Ingéniez-vous à inventer des travaux pratiques inhabituels à l’école: rembobiner une pelote de corde que vous aurez dévidée exprès, enfiler un fil épais dans le chat d’une aiguille, recoudre un bouton de chemise que vous aurez sauvagement arraché, jongler avec 3 pommes. Chaque faute sera sanctionnée d’une punition suivant un barème défini à l’avance: le bonnet d’âne, la culotte baissée aux genoux, le piquet, les coups de règle dans la paume de la main ou sur le bout des doigts, la fessée, etc. Comme dans toutes les récréations D/S, la colère des dominants est feinte: ce n’est qu’un jeu.

jeux de régression, le soumis reçoit une punition par la dominatricée. Une bonne fessée avec une cravache.

Des maître(sse)s d’école et leurs élèves préfèrent l’éducation anglaise, qu’à cela ne tienne! Achetez-vous une canne de bambou dans un magasin spécialisé, la fameuse canne anglaise dont les anciens élèves des public schools huppées de Grande-Bretagne se souviennent avec nostalgie pour en avoir tâté. Mettez-la à tremper 24 heures dans une baignoire remplie d’eau pour éviter qu’elle se brise sur le postérieur de l’élève, si vous allez jusqu’à le frapper… avec sa bénédiction of course. Faute de canne, coupez une branche d’arbre en guise de verge. Comme les fouets, vous essayerez d’abord la branche, la canne ou la verge sur votre propre cuisse ou votre avant-bras pour mesurer la portée de l’impact.

Lorsqu’on s’apprête à pratiquer des jeux de régression, on doit d’abord expérimenter soi-même ce qu’on inflige à d’autres. En principe, l’impact vise la fesse en pleine fesse, et pas sur les côtés, ni trop haut ni trop bas. Canne et verge laissent souvent des bleus qui durent de 3 à 5 jours. Sachez que la pliure à l’arrière du genou et celle qui se trouve au bas du fessier sont aussi sensibles l’une que l’autre: 5 coups de canne à cet endroit suffiront à imposer votre autorité si le maso qui la subit est entraîné. La plante des pieds est la zone idéale pour éviter les bleus et les zébrures. Bien sûr, si le bottom a préjugé de son endurance, il lui suffira de crier « stop » pour mettre fin au jeu.

 » Il arriva à l’heure dite, une pochette d’écolier à la main, qu’il me tendit tout en me saluant, à genoux, les yeux humblement baissés. Je saisis l’objet et tirai mon protégé par la cravate jusqu’au canapé pour étudier le fameux relevé.

– Voyons cela, j’espère ne pas avoir de mauvaises surprises.

– Je l’espère aussi vivement Madame, j’ai fait de mon mieux pour vous satisfaire!

– De toute façon mon garçon, les choses sont claires: j’attends de toi l’excellence, 20 sur 20 dans toutes les matières. Et pour chacune d’entre elles tu recevras autant de coups qu’il en faut pour aller à 20. Droit civil, 17: tu peux mieux faire! T u recevras, 3 coups. Droit international, 18, ce n’est pas encore idéal, deux coups.

Concernant le droit du travail, 17, c’est perfectible, 3 coups! Droit des sociétés, 16, 4 coups! Droit bancaire, 15, c’est vraiment médiocre, 5 coups! A présent, calcule toi-même.

– 17 coups Madame.

– Tout à fait, 17 coups, chiffre que j’arrondirai à 20, pour le manque évident d’ efforts.

– Bien Madame, répondit Valentin sans riposter. Il n’était pas dans ses habitudes de contester l’autorité. – Tu vas te déculotter comme la dernière fois, mais je vais modifier la position et en trouver une autre plus sévère, pour que tu comprennes bien ce qui arrive aux mauvais élèves.

Je l’installai à genoux sur la règle d’écolier, face à l’assise d’une chaise où il avait le droit d’appuyer ses avant-bras. Il recevrait 10 coups de martinet, puis 10 coups de canne. A chaque coup, il devait demander pardon pour sa fainéantise. Au changement d’instrument et à la fin de la correction, il avait ordre de venir me remercier à genoux pour ce châtiment mérité. La punition terminée, il s’aplatit devant moi, et le front collé au sol, me présenta de nouveau ses excuses. Je le laissai dans cette posture humiliante, recroquevillé sur lui-même, ses fesses châtiées durement exposées.

Maman et bébé

Dans le registre des jeux régressions, la tétine est la petite madeleine de Proust pour les soumis qui affectionnent les couches-culottes. Ne riez pas, des jeunes gens de votre âge en garnissent leur culotte. A Tokyo, des clubs spécialisés proposent de charmantes hôtesses en guise de nounou en échange de généreux pourboires. Ceux qui ont envie de tenter l’expérience sans voyager jusqu’au pays du soleil levant demanderont à leur partenaire habituelle de jouer la maman.

Homme fétichiste déguisé en bébé attendant les ordres de sa dominatrice.

–> Dans la pratique

On trouve des vêtements pour bébés adultes dans les sex-shops spécialisés en accessoires SM (bien que la pratique ne soit ni sado ni maso).

Le kit comprend: la culotte en plastique qui scie l’aine, le biberon, la tétine, les chaussons tricotés. La maman lave les parties intimes du bottom. Elle sèche le derrière de son grand bébé à l’aide d’une serviette douce, et lui talque les fesses en chantant Dodo l’enfant do.

Les bébés qui désespèrent de trouver une maman d’un soir iront s’exhiber au Sex-maniac Ball, une soirée londonienne réservée aux pervers qui a lieu chaque automne, au profit d’une œuvre caritative (petits budgets s’abstenir). Au milieu de la marmaille adulte, ils n’auront pas honte de vagir dans le parc à bébés rempli de peluches, avec l’espoir d’éveiller l’instinct maternel d’une mère potentielle.

 » Avant que mon petit ami m’en parle, j’ignorais que l’AB (Adult Baby) et que la DL (Diaper Lover: l’amoureux des couches) étaient des fantaisies sexuelles répertoriées. D’ailleurs, quand il a commencé à me dire que la DL l’attirait, j’ai pris ça pour une sorte de pédophilie soft! Puis, petit à petit, je l’ai laissé m’expliquer ce qu’il trouvait excitant dans la perspective que je porte une couche. En fait, il trouvait irrésistible l’idée que je me retienne d’uriner, et qu’à bout d’énergie, je finisse par inonder ma protection ouateuse. Il aimait également beaucoup la gêne dans laquelle j’allais me trouver.

La première fois que j’ai essayé, je l’ai fait non pas pour « voir ce que ça faisait », mais parce que la pensée de l’émouvoir ainsi m’excitait beaucoup. Puis l’expérience s’est reproduite plusieurs fois (ciné, concert!). Maintenant je sais quels plaisirs les DL trouvent à être langés… »

Lacelle, 30 ans

 

Jeux de régression avec eau et autres liquides

Un dominant donne son urine à boire ou asperge un bottom en réponse à une attente uniquement. Les jeux de régression ont leurs règles. On n’urine pas sur un(e) partenaire sans prévenir, encore faut-il que les personnes se connaissent bien. Le top doit sentir que la situation appelle quelque chose de fort.

L’ondinisme, appelé aussi urophilie, est un jeu D/S assez répandu. Les paroles menaçantes du top qui parle d’une voix autoritaire accompagnent les petits jets, des ordres tels que « étanche ta soif », je veux t’entendre avaler », « ne perds pas une goutte de ce nectar » intiment au bottom l’ordre de boire. Pour sa part, le top devra ingurgiter quelques verres d’eau une demi-heure au moins avant la miction.

La douche dorée (golden shower) est parfois mise en scène par un ou plusieurs tops comme un cérémonial. L’acte tient alors de l’initiation. C’est un baptême. Dans certains clubs gay, les clients remplissent allégrement une baignoire installée au milieu de la salle, dans laquelle gît une larve. Il est important d’épargner les yeux très sensibles aux virus.

la golden shower est un jeu de régression adoré des dominateurs gay.

–> Dans la pratique

Doucher consiste à diriger des jets d’urine sur le corps d’un bottom allongé au fond d’une baignoire, assis ou à genoux dans une cabine de douche. Le jet peut-être dirigé vers les organes sexuels. Si le bottom prononce le mot d’arrêt dont les deux partenaires auront convenu, le top arrêtera aussitôt le jeu.

 » Le liquide chaud atterrit sur ma langue, s’insinue derrière les dents. Je soulevai la langue pour bloquer l’entrée de la gorge, si bien que l’urine s’accumula dans une petite mare dans le fond de la bouche. »

Jane Delynn, La Laisse, éditions Blanche, 2004.

Attention, infliger un crachat à un bottom est un acte aussi humiliant qu’une gifle. Il ne s’agit pas seulement de baver, comme le font les amants désireux de mêler leurs salives. Certains bottoms ressentent une excitation lorsque le top leur crache dans la bouche ou sur les organes sexuels. Dans les jeux de régression, uriner et cracher sur quelqu’un représentent des attitudes viriles, que ce soit un homme ou une femme qui l’impose. Chez certains Latinos, un homme macho crache et pisse plus loin que les autres. Des tops peuvent aussi humilier des bottoms en organisant un concours: c’est à qui crachera le plus loin.

 

–> Dans la pratique

Les crachats peuvent être très durs à supporter. Ces types de jeux de régression peuvent parfois être très choquant pour certaines personnes. Afin de palier à cette gêne, prenez six œufs crus que vous écraserez sur la peau de votre partenaire, un pot de Nutella, de la boue, de la terre, du sable où il fait bon être enterré, un jeu de plage très prisé des Asiatiques.

Dans la campagne, des limaces ou des escargots qu’on promène sur le torse et la gorge du bottom. On peut le forcer à ingurgiter des boissons ignobles, depuis l’huile de foie de morue et le jus de radis noir – au demeurant excellents pour le foie-, jusqu’à la soupe de la maîtresse dont le choix des ingrédients incombe à cette dernière, sans oublier les légumes que le bottom déteste le plus, céleris, épinards ou navets.

 

Voilà vous venez de passez une étape dans les jeux de soumission et de domination. Les jeux de régression sont une pratique très utilisée dans les cercles D/S. Véritables rites d’initiation, ces jeux régressifs permettent de définir aisément les rôles. Ainsi chaque participant prendra un maximum de plaisir.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *